Je vais vous guider vers une représentation visuelle de l’enfer des plus affreuses avec Agony. Ce trailer pour public averti propose des images glauques du royaume des morts dans sa plus grande laideur.

Cet univers aberrant comprend malheureusement quelques couacs.

Une version hallucinante de l’enfer

Dans Agony, les adeptes des images infernales trouveront leur bonheur. On y aborde des martyrs décharnés, des corps empalés, des vieillards éventrés hébergeant des fœtus.

On y croise des demi-squelettes crucifiés ornés de couronnes d’épines, des orgies sataniques. On y trouve des femmes enceintes mortes, des succubes dénudées, des colonnes vertébrales gigantesques pourvues de doigts.

On y décèle des ossements disséminés, de la chair déformée parmi ce charnier sans nom. Le décor et les personnages symbolisent l’horreur dans toute sa dimension dans ce qu’il y a de plus glauque et de terrifiant.

Retrouvez les descriptions d’Agony en lisant ce sujet.

La mission du gamer dans le jeu Agony

Le gamer incarne un personnage amnésique qui a rejoint l’enfer. Son but est de partir de cette zone de la manière la plus rapide.

Il doit veiller à trouver celle qui règne sur les abysses infernaux à travers la Déesse Rouge. Comme le gamer joue le rôle d’un être disparu, il bénéficie d’un large choix d’enveloppe charnelle quand il tombe sous les armes d’un démon.

Les niveaux sont remplis de martyrs, des humains perdus. Le gamer a la possibilité de contrôler les démons de petite importance.

Le gamer peut compter sur les martyrs en dérobant le sac de leur tête pour accéder à un nouveau corps. La sauvegarde du système est limitée à trois morts avec le miroir des âmes.

Un level design et un gameplay aléatoires

Sur Agony, de nombreuses options sont disponibles. Deux catégories d’interface peuvent s’afficher.

Il est possible d’activer les possessions faciles pour éviter d’entrer dans un corps par défaut. Le gamer peut également activer les lignes du destin illimitées pour repérer le chemin le plus favorable.

Le level design est intéressant avec des niveaux contenant des objets cachés et des zones inconnus. Toutefois, la sensation de répétition gâche le plaisir du jeu.

Le gameplay mitigé d’Agony

La variété n’est pas le fort du gameplay d’Agony. Tel un Alien Isolation, il faut activer des fonctions, trouver les solutions aux énigmes, passer d’une plateforme à l’autre.

Quatre catégories d’adversaires sont représentées par les Onoskelis, les Araignées, les succubes et les Tscharts. Les contrôles sont jugés flottants et ne donnent pas l’impression de faire réellement corps avec son personnage.

Les couleurs dans le jeu sont parfois trop flashy et cadrent mal avec le décor dominant. Les bugs nombreux ne favorisent pas le système de jeu.

Retrouvez l’ambiance infernale d’Agony en vous rendant ici.

 

Crédit Photo : ign.com & vg247.com

Etre à l’heure pour un tournoi sur Clash of Clan, pas de souci ! Sur Boom beach no problemo ! Sur Heartstone sans problème ! Par contre me lever à l’heure le matin, c’est une autre histoire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *