Ronaldinho sort de prison et brise le silence : « ce fut un coup dur » !

Libéré de prison, mais toujours assigné à résidence dans un hôtel d'Asuncion pour être entré sur le territoire paraguayen avec un faux passeport début mars, Ronaldinho a accordé une interview à un journal local lundi.

Bien qu’il ait obtenu la fin de sa détention préventive d’un mois, Ronaldinho n’en a pas fini avec la justice paraguayenne.


Accusé d’être entré au Paraguay début mars avec un faux passeport, avec son frère, le Ballon d’or 2005 est maintenant assigné à résidence dans un hôtel de la capitale Asuncion depuis le 7 avril. Pour la première fois depuis le début de l’affaire, le Brésilien est sorti du silence pour accorder une interview au journal ABC Color.

L’occasion pour lui de parler un peu de football, mais surtout de raconter sa version de l’histoire. « Nous sommes venus au Paraguay avec mon frère, qui est mon agent, pour participer au lancement d’un casino en ligne, comme stipulé dans un contrat, et pour le lancement d’un livre, organisé par la société brésilienne qui détient les droits au Paraguay », a déclaré Ronaldinho. Sauf que tout ne s’est pas passé comme prévu…


« La première chose que je ferai quand je sortirai, c’est un gros baiser à ma mère »

« Nous avons été surpris d’apprendre que nos documents n’étaient pas légaux, dit l’ancien joueur. Mais depuis le début, notre intention a toujours été de collaborer avec la justice, afin de clarifier cette histoire. »

« Dès le premier jour, nous avons tout expliqué et répondu à tout ce que la justice nous demandait pour faciliter son travail. »

Cela n’a pas empêché l’ancien Parisien de passer par la case prison, une cellule improvisée dans un commissariat de police, avec certaines libertés. « C’était un grand coup, je n’aurais jamais imaginé me retrouver dans une telle situation, confie-t-il. Toute ma vie, en essayant d’atteindre le plus haut niveau, j’ai voulu apporter de la joie aux gens avec mon football.

Ronaldinho, qui garde visiblement le sourire malgré ses déboires, dit maintenant « prier » pour être libéré le plus vite possible. « Nous espérons que la justice confirmera tout ce que nous avons dit, et que nous pourrons bientôt mettre fin à tout cela, espère-t-il. La première chose que je ferai sera un gros baiser à ma mère, qui a dû vivre cette situation difficile depuis son domicile, avec l’épidémie de Covid-19 en parallèle. Je devrai ensuite digérer un peu, puis j’avancerai à nouveau, avec foi et force. ”

Ronaldinho se souviendra donc longtemps de cette année 2020. Bien que particulièrement empêtré par des problèmes juridiques dans son pays, le Brésil, l’ancien joueur de football n’a donc pas arrangé son cas récemment. En effet, en mars dernier, lorsque son passeport a été retiré par les autorités brésiliennes, le Ballon d’Or 2005 a pu se rendre au Paraguay. Comment ? En utilisant de faux passeports… « Ronaldinho a été trompé en toute bonne foi lorsqu’on lui a remis de faux documents paraguayens », a déclaré son avocat. Mais cette défense n’a pas suffi puisque le sportif a été emprisonné le temps que la justice procède à une enquête minutieuse. Ce n’est qu’un mois plus tard, le mardi 7 avril, que l’ancien joueur du PSG a pu recouvrer sa liberté. Une période particulièrement marquée, qu’il n’oubliera pas de sitôt.