Coronavirus : quelles sont les recommandations sanitaires du Gouvernement aux employeurs ?


Bien qu’il ait été découvert en Chine en fin 2019, le coronavirus (également appelé COVID-19) affecte aujourd’hui des milliers de personnes dans une cinquantaine de pays et sur tous les continents. Il s’agit donc d’une véritable maladie contagieuse entraînant une forme de pneumopathie pouvant être sévère ou non, selon les cas.

En France, suite à la propagation rapide du coronavirus, de nombreuses recommandations sanitaires ont été faites aux personnes, aux familles, aux salariées et aux employeurs pour réduire au maximum les cas de contaminations.


Les employeurs, ayant une grande responsabilité dans la gestion de cette crise sanitaire exceptionnelle, des recommandations sanitaires leur ont été faites par le gouvernement pour protéger autant que possible la santé des salariés et de leurs familles. Découvrez dans cet article les recommandations dont il s’agit.

Recommandation 1 : Éviter les déplacements des professionnels dans les zones à risque

Il s’agit de la principale recommandation sanitaire qui a été faite aux employeurs par le gouvernement. Les missions à l’étranger pour assister à des conférences et les grandes réunions auxquelles sont conviées de nombreuses personnes sont à bannir. Lorsque c’est possible, l’employeur peut proposer à l’employé de faire du télétravail pour préserver sa santé et ainsi, limiter les risques de contamination.

Dans les cas où le télétravail n’est pas possible pour tous les employés, l’employeur doit s’assurer que chaque salarié respecte les règles d’hygiène et la conduite à tenir annoncées par le Gouvernement. Ainsi, les sorties et réunions non indispensables, ainsi que les contacts proches (dans l’ascenseur, dans les bureaux ou dans les cantines) doivent être évités.

Recommandation 2 : Aménager les postes de travail pour le retour d’un salarié d’une zone à risque ou ayant été en contact avec une personne infectée

S’il arrive qu’un salarié revienne de congés dans une zone à risque ou qu’il ait été envoyé en mission dans un pays où les populations sont très touchées par le coronavirus, le gouvernement recommande aux employeurs d’aménager un poste ou un espace de travail adapté. Ceci est préférable dans le cas où le télétravail n’est pas possible pour ce salarié. L’employeur doit donc s’assurer que son travailleur potentiellement contaminé n’est pas en contact direct avec les autres salariés.

Dans le cas où le télétravail est possible pour cet employé, l’employeur doit lui préconiser de rester en isolement dans son logement afin de réduire les risques de propagation du virus sur les lieux du travail ou sur le chemin menant au travail.

Recommandation 3 : Assurer la diffusion des consignes sanitaires à l’ensemble du personnel

Le gouvernement a recommandé aux employeurs d’informer les salariés sur un certain nombre de d’éléments importants pour la préservation de la santé de l‘ensemble du personnel :

  • Les règles d’hygiène qu’il faut respecter pour limiter la propagation du coronavirus ;
  • La conduite à tenir par le salarié s’il est de retour d’une zone très touchée par le virus, avant même qu’il ne revienne sur le lieu de travail
  • Les dispositifs de prise en charge financière au cas où l’un des salariés se retrouverait en confinement, ou en isolement.

Les employeurs ont également un rôle de sensibilisateur important. Ils doivent en effet :

  • Sensibiliser les salariés aux règles d’hygiène, en diffusant à répétition des messages, à l’aide de tous les moyens dont ils disposent ;
  • Sensibiliser sur l’importance pour tout un chacun d’être acteur de sa propre santé, afin d’éviter que le virus ne se propage davantage.

Dans le but de préserver la santé des travailleurs, tout employeur doit également :

  • Exiger à chaque travailleur de respecter les consignes Ministérielles de confinement, d’éloignement (en se tenant à plus de 1 m de distance de ses collaborateurs que l’on soit de retour d’une zone à risque ou pas).
  • Contacter le SAMU-15 pour une prise en charge rapide en cas de cas suspect. L’employeur doit insister sur le fait que ceci doit être fait sans aucune autre prise en charge intermédiaire (ni médecine hospitalière, ni médecine de ville, ni service de santé au travail interentreprises), pour réduire autant que possible le risque de contamination.

Recommandation 4 : Les actions à mettre en œuvre si un salarié est contaminé

Si un salarié est dépisté et que le résultat est positif, l’employeur doit exiger le nettoyage des locaux. Toutefois, le virus pouvant survivre pendant 3 heures sur des surfaces sèches, il est recommandé d’observer un délai de latence avant d’intervenir. À cet, l’employeur doit :

• Équiper le personnel responsable du nettoyage des surfaces et des sols, de blouses spéciales ne pouvant être utilisées qu’une seule fois et de gants de ménage solides et dont la longueur atteint quasiment le coude. Toutefois, le port des masques de protection respiratoire par le personnel en charge du nettoyage n’est pas obligatoire en raison de l’absence d’aérosolisation par surfaces et les sols ;
• Privilégier les stratégies de lavage et de désinfection humides. À cet effet, le personnel en charge du nettoyage des surfaces et des sols des locaux, devront utiliser un bandeau de lavage à usage unique contenant un produit détergent. Les responsables du ménage pourront ensuite rincer les sols et les surfaces à l’eau potable et à l’aide d’un second bandeau de lavage à usage unique, puis les laisser sécher. Ils pourront ensuite désinfecter les sols et les surfaces en utilisant de l’eau de javel diluée et un troisième bandeau de lavage à usage unique.


Marine F.

Marine F.

Hey, je suis une accro du portable ! Je suis toujours sur 5 à 6 jeux en même temps. J'affectionne les jeux sociaux, où je peux rencontrer et affronter d'autres joueurs, à l'autre bout de la planète. Je me sens moins seule du coup dans ma petite ville :)